Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

dimanche 22 juillet 2018

la très belle histoire de la chirurgienne Suzanne Noel racontée

par le journaliste Marc Messier sur Europe 1  

 

"Le grognement d’un monstre. Les larmes d’un cyclope. Plus rien d’humain. Plus de bouche, plus de nez,

plus qu’un œil au milieu d’un vague reste de visage. Une bouillie d’os et de chair.  Une gueule fracassée

parmi des milliers d’autres. Une gueule explosée, déchiquetée par l’ennemi. Une gueule terrifiante,

que personne ne reconnait,  que personne ne peut regarder. Les cris des parents, la stupeur des inconnus.

Les enfants qu’on cache. La souffrance d’un homme. Un mort-vivant, qu’on aurait achevé, sur le champ de bataille,

quelques décennies plus tôt. Un homme qui va être sauvé, ressuscité par une Femme. Suzanne Noël, l’une des

1ères Femme chirurgiens en France. La 1ère à réparer les visages.

Suzanne Noël. Une jeune femme de bonne famille née en 1878 à Laon. La 3ème République,

les instits tout-puissants, la majorité des femmes aux cuisines et dans les salons. Un 1er mariage

*à 19 ans avec un jeune toubib, qui va la pousser à passer son bac et faire sa médecine, comme on

disait à l’époque.  Suzanne est intelligente et bosseuse, elle a du cœur, du cran et du caractère.  

Elle va apprendre le job aux côtés d’un certain Docteur Morestin, un crack de la Chirurgie Maxillo-faciale

à l’aube du 20ème siècle. Une sommité que Sarah Bernard viendra consulter pour rajeunir, qu’Al Capone

tentera de faire venir à Chicago pour effacer ses balafres. Morestin, un magicien de l’anatomie, qui,

dès le début de la 1ère guerre mondiale, inventera  la chirurgie réparatrice. Morestin que l’on surnommera

  le Père des Gueules Cassées, des blessures qu’aucun médecin de l’époque n’avait jamais vues.

Une peinture d’Otto Dix, une toile de Bacon. Des écarteurs, des casques, des vis et des ressorts.

Des morceaux de cuir chevelu avec lesquels on rembourre les trous dans les visages. Un remplissage complexe.

Pour recréer de la matière, on greffe des peaux, des os. On prend des bouts par ci par là pour reconstituer des mâchoires,

des mentons, des joues ou des oreilles. Suzanne Noël est extraordinairement douée pour cela. Non seulement, la jeune interne

a des mains de fée, mais elle possède une sorte d’inspiration artistique, nourrie dans les musées, qui lui permet, lorsque le défiguré

n’a plus un seul trait humain, de lui créer entièrement un nouveau visage.  

De la sculpture du vivant, des transplantations audacieuses, des mécanismes ingénieux, Suzanne fait des miracles

*avec un rien de peau : quelques os et 2, 3 bouts de cartilage. Des petits chefs-d’œuvre à côté des rafistolages grossiers

que l’on voit à tous les coins de rue, à la fin de la guerre : Des faux nez attachés à des paires de lunettes, sur lesquels

on a fait pousser des moustaches pour le raccord. Des masques de chair, des  masques de fer, des masques

en cuivre, en gélatine, en plastique ou en vulcanite.  Des masques ouvragés, peints, à partir de photos

d’avant-guerre, des masques généralement souriants pour faire bonne figure. Des gueules grotesques.

Le carnaval du désespoir.  

Entre la fin de la guerre et le début des années 20. Suzanne perdra les trois êtres les plus chers de sa vie.

 Son 1er mari et le second, qui s’est suicidé, après la mort de leur petite fille, Jacqueline, emportée

par la grippe espagnole.  Suzanne  survit et ouvre à Paris  son cabinet de chirurgie réparatrice.

Les années folles. Les corsets tombent,  les corps se libèrent, les riches se lâchent. Elle refait des nez,

des seins, des cuisses, des fesses. Excellente couturière de la peau, elle va mettre au point les 1ers liftings.

Du tiré-cousu-main  au- dessus du crâne, sous les cheveux. C’est elle, aussi, qui imagine les 1ères techniques

de dégraissage par aspiration, qu’on appelle aujourd’hui la liposuccion. 

Une pionnière de la Chirurgie esthétique, qui va très rapidement s’engager dans le combat féministe,

fondant en France le 1er club de l’association américaine "Soroptimist". Défendre les femmes, leurs droits.

La Chirurgie esthétique comme une forme d’action, comme un acte militant, dans lequel Suzanne Noël

voit un moyen d’aider ses patientes à s’émanciper socialement et financièrement, en effaçant  leurs rides,

elle redonnera un peu de jeunesse, à des femmes licenciées  parce que "trop vieilles",  un peu de jouvence

pour qu’elles puissent retrouver un travail.

Suzanne Noël passera la seconde guerre à mondiale dans la clandestinité. A "arianiser " les "nez sémites",

à transformer les visages des résistants recherchés par la Gestapo. Après la guerre, ce sera pour effacer

les stigmates des survivantes des camps nazis. Suzanne Noël, une vie à sauver des vies. A recoudre un peu l’Humanité. "

J'ajoute à cette supervb évocation que c'est Suzanne Noel qui a imaginé les minilifts légers qu'elle  a pratiqué sur la vieillissante Sarah Bernhardt! 

 
 

 

 

 

 

dimanche 26 juin 2011

chirurgie esthetique:quels slogans ??

 
la recherche de slogans publicitaire est un jeu qui peut passioner de jeunes talents;
malka mitz a trouvé:
s'aimer ou ne pas s'aimer,il n'y a plus à se poser la question,grâce à la chirurgie esthetique!
qu'en pensez vous?
 
 

mercredi 22 juin 2011

affsaps et principe de précaution

 
ça y est!!
de nouveau,les medecins esthetiques peuvent utiliser ce qu'il leur passe entre les doigts pour faire maigrir les patientes!!
le décret d'interdiction des substances lipolytiques a été suspendu ,en urgence!
 
l'affsaps a été contredite par le  conseil  d'état,et le principe de précaution,pour ce problème, ravalé au oubliettes,!
ainsi nos confreres medecins esthetiques peuvent à nouveau faire tourner la mécanique des rêves pour vider les patientes de  leurs graisses non désirées!
mais rappellons que seule la technique de liposuccion chirurgicale offre les garanties sérieuses pour perdre vite et fort les graisses profondes stockées,malenconteusement,
cette hypertrophie des masses adipeuses survient surtout par  malédiction génétique et familiale,autant que par l'exagération alimentaire!
donc ,méfiance!!
prenez conseil auprès de votre chirugien esthetique favori avnt de vous lancer dans l'extrait d'artichaut lipodestructeur!!
 
 

lundi 21 mars 2011

chirurgie esthetique:le lifting cervico facial est à la traine!!

 
la chirurgie estehtique soft a un peu relegué les liftings opératoires au rang des techniques vieillotes!!
mais comme toujours,on s'aperçoit dans le cycle renouvelé des évenements repetitifs,que quand l'ourlet de la jupe est défait,il vaut mieux un peu de couture que du scotch inutile et transitoire!!
donc retour vers ce bon vieux lifting!!
plusieurs articles dans les annales de chirurgie plastique reconstructrice et esthetique remettent au gout du jour de superbes resultas de mes confrères!
les miens aussi m'encouragent à continuer,en revoyant d'anciens patients fidèles car heureux et satisfaits de mon opération  :le lifting biplan!
alos,même en chirurgie esthetique,on refait du jeune avec du vieux!

courez y !!
 
vladimir mitz:lifting,les vecteurs de tension profonds
 
 

mercredi 9 février 2011

chirurgie esthetique:les rides préoccupent plus les femmes que leur ventre ou leur seins!!

 
 
 
la ride est la manifestation première de la tristesse féminine devant le miroir qui crée déprime!!
avant le ventre qui culmine,,les seins qui s'affaissent,les fesses qui se vident et les paupières qui plombent le regard du matin au soir...
alors belle et longue vie aux medecins esthetiques qui injectent à qui mieux mieux:
 la toxine botulique qui le front déplisse,et l'acide hyaluronique qui regonfle les sillons agricoles du temps,mauvais agriculteur de nos angoisses!!
 
 
nous les chirurgiens esthetiques avons du apprendre ces techniques:
 aussi:la demande de lifting chirurgical vient plus tard,et fait peur:
dommage,car le bistouri bien manié permet de superbes résultats!!
 
 

mercredi 22 décembre 2010

chirurgie esthetique:pour ou contre la publicité??

 
face à la presse qui cherche le scandale qui fait vendre,
à la télé qui fouine pour trouver des ratés telegeniques et présentables,
aux journalistes qui nous démarchent pour trouver des cas singuliers à suivre et montrer,
notre résistance de medecins manuels engagés dans la lutte quotidienne pour améliorer ce que l'on sait faire (malgré les fantaisies de dame nature et du hasard qui bouleverse de bonnes intentions)
suffit il de montrer des publications scientifiques que les professionnels du vitriol médiatiques ne lisent jamais??
la réponse est NON!!
mais la publicité commerciale ou via le net serait elle une réponse adaptée??
la réponse est NON!!
se vendre à prix d'or via des attachées -détachées de presse qui font du lobbying sensuelo-commercial me parait aussi une erreur comportementale;
il nous manque une voix, une icône médiatique qui fearit autorité...
peutêtre un gand nom de la chirurgie réparatrice,qui serait le porte voix de notre métier si attaqué!
RAYMOND VILAIN ,mon, maître, incarnait autefois cette personnalité drôle ,brillante et incontestable;
alors une nouvelle démarche?
OUI!!
prouvons par des études scientifiques que l'action de la chirurgie esthetique guérit quelquechose,qu'elle n'est pas qu'une activité funambulesque si facile à dégommer!!
alors peutêtre serons nous réintégrés dans le corps des thérapeutes,d'ailleurs injustement déconsidérés-surtout quand ils sont medecins généralistes,nos frères!!
 
 

lundi 15 novembre 2010

chirurgie esthetique:les as de la chirurgie esthetique sont ils des as?

 
un livre récent tente de décrire les chirurgiens esthétiques dans leur qualités et défauts;
mais comment évaluer le côté virtuose,l'habileté et le sens artistique de ceux qui sont censés vous embellir??
difficile,voire impossible...
pourtant ce livre est une tentative honnête de la part de 2 journalistes à l'esprit caustique ,voire drôle!
pour ma part ,je leur reproche de ne pas m'avoir posé de questions sur ce que je jugeais important dans mon métier:
elles sont venues incognito-apparemment- pour de fausses consultations!
j'aurais insité sur le côté virtuose, notemment ,qui m'apparait si utile dans ma spécialité, terriblement manuelle;
et aussi sur mon initiative à l'hopital boucicaut-aujourd'hui disparu-pour introduire la chirurgie esthetique démocratique à prix coutant à l'hopital,apres negociation avec la direction!
ce schéma a été ensuite repris par d'autres responsables collègues hospitaliers
 ;
 
 
 
 
j'ai pu ainsi développer l'aspect étude scientifique de ma spécialité à l'hopital, en formant de jeunes chefs de cliniques et internes aujourd'hui sur le devant de la scène de chirurgiens brillants